Trèsors de livre

13 mai 2010

Démenagement !

J'ai déménagé dans un nouveau chez moi... et c'est ici : http://patacaisse.wordpress.com/

J'ai hâte de vous retrouvez là-bas.

Gros bisous

Posté par patacaisse à 21:37 - Commentaires [1] - Permalien [#]


12 mai 2010

La douce empoisonneuse d'Arto Paasilinna

la_douce_empoisonneuse


Quatrième de couverture :

Une maisonnette rouge flanquée d'un petit sauna en bois gris, non loin d'Helsinkid'Helsinki. Linnea, la douce veuve du colonel Ravaska, mène une existence paisible à soigner ses violettes et son chat. Pourtant chaque mois, le jour où elle touche sa pension, un trio maudit, conduit par son neveu, s'invite sous son toit pour la détrousser. Lorsque ses visiteurs ne se contentent plus de sa maigre retraite et exigent un testament à leur avantage, c'en est trop. Elle est résolue à en finir. Comprenez : à se suicider. Mais, surprise, concocter un poison mortel se révèle une activité beaucoup plus passionnante que tricoter. Et les noirs desseins de Linnea, par une suite précipitée d'événements cocasses, se retournent en sa faveur, tandis que ses ennemis...
Génie du comique de situation, PaasilinnaPaasilinna récidive avec une vieille dame tranquille candidate au suicide. Arsenic et vieilles dentelles trempé dans l'aquavit, les rocambolesques aventures de la colonelle sont l'occasion de revisiter l'univers à la fois brut, drôle et loufoque du grand écrivain finlandais.


Pourquoi ce livre ?

Car j'ai lu un billet chez Yspaddaden ici et bien entendu il m'a donné envie de lire ce livre !


Ma lecture :

De prime abord, ce livre m'a laissé une drôle d'impression. Il faut déjà surmonter la rage que génère la vue de cette petite vieille qui se fait maltraiter pareillement. J'ai vraiment ressenti de la haine en lisant les premiers chapitres contre son neveu et ses deux amis. Puis, voyant l'héroïne commencer à reprendre du poils de la bête, en faisant une potion pour lui rendre le suicide le moins pénible possible, j'ai commencé à être captivée par l'histoire. L'humour pince sans rire de l'auteur et le retournement de situations m'a rendu ce livre très plaisant à lire.
C'est un humour particulier, ce n'est pas celui que je préfère, mais ce livre m'a quand même beaucoup plus.


Ma note : 4/5

challenge

Posté par patacaisse à 20:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

11 mai 2010

Chaque femme est un roman d'Alexandre Jardin

chaque_femme_est_un_roman


Quatrième de couverture :

Parfois, il me semble que les femmes sont des tremplins vers le fabuleux. Ecrivaines pour la plupart non pratiquantes, elles produisent de la prose intérieure destinée à tromper leurs déceptions et à soigner leurs rêves. Changent-elles de métier, d'amant ou d'opinion ? C'est d'abord une césure, un rebond de style, un chapitre qui se tourne. Adressent-elles une oeillade à un passant ? C'est un best-seller qui débute. Depuis mon plus jeune âge, je sais que chaque femme est un roman. Voici en quelque sorte mes études littéraires, blondes et brunes.

 

       

Pourquoi ce livre ?

Il était estampillé comme vous pouvez le voir sur la photo. De plus, j'avais entendu parler de cet auteur et était curieuse de lire une de ses oeuvres.

Ma lecture :

Déçue, déçue, déçue.
Le début était prometteur. Déjà, l'auteur parle avec un vocabulaire assez varié ce qui change de beaucoup de livres.
J'avais cru commencer à lire un ouvrage analysant et ayant acquit une certaine expertise, une philosophie de vie jusqu'au moment où je me suis rendu compte que finalement cet ouvrage n'était qu'une compile d'anecdotes, plus ou moins marquantes mais sans aucune analyse.
Je sais que c'est un roman et non une étude ni un traité mais j'aime qu'un roman laisse transparaître une logique et un vécu cohérent. Tandis que ce roman est, pour moi, un patchwork (pas terrible en plus !).
Bref, pas ravie de cette lecture et je ne retournerai pas lire cet auteur.

Extrait :

" Il ne faut pas garder les mêmes livres toute sa vie. On a l'âge de sa bibliothèque."

Ma note : 3/5

challenge

Posté par patacaisse à 09:18 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

10 mai 2010

Les vestiges du jour de Kazuo Ishiguro

les_vestiges_du_jour


Quatrième de couverture :

"Les grands majordomes sont grands parce qu'ils ont la capacité d'habiter leur rôle professionnel, et de l'habiter autant que faire se peut ; ils ne se laissent pas ébranler par les événements extérieurs, fussent-ils surprenants, alarmants ou offensants. Ils portent leur professionnalisme comme un homme bien élevé porte son costume. C'est, je l'ai dit, une question de "dignité"."

Stevens a passé sa vie à servir les autres, majordome pendant les années 1930 de l'influent Lord Darlington puis d'un riche américain. Les temps ont changé et il n'est plus certain de satisfaire son employeur. Jusqu'à ce qu'il parte en voyage vers Miss Kenton, l'ancienne gouvernante qu'il aurait pu aimer, et songe face à la campagne anglaise au sens de sa loyauté et de ses choix passés...


Pourquoi ce livre ?

Toujours sur le même forum, il en est question comme un des livres incontournables. De plus, mon amoureux connaissait le film ainsi que d'autres personnes de mon entourage. Décidement, je me suis trouvée obligée de le lire !


Ma lecture :

Le livre est très bien écrit.
La plume de l'auteur a très bien retranscrit le côté froid, carré, professionnel de la vie du majordome.
Je me suis très bien mise à la place de Stevens dans les situations professionnelles et ai compris ses choix. Mais mon dieu, que ce personnage est antipathique de part sa froideur. Quel gâchis est sa vie !
Il peut s'être targuer d'être un majordome exemplaire pour un maître qui est loin de l'être (on arrive à le savoir malgré le fait que Stevens essaye de le défendre). Comment peut-il défendre un homme tel que lui à part pour nier qu'il a servi un homme pour lequel personne n'a d'estime ?
Finalement je le plains cet homme qui se retrouve seul avec comme seule perspective d'avenir être un vieux majordome essayant de faire des traits d'esprit...

Un extrait :

"Je voudrais maintenant avancer le postulat suivant : foncièrement, il y a "dignité" lorsqu'il y a capacité d'un majordome à ne pas abandonner le personnage professionnel qu'il habite."

Ma note : 4/5


challenge

Posté par patacaisse à 20:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

09 mai 2010

Un temps fou de Laurence Tardieu

un_temps_fou

Quatrième de couverture :

J'ai peur de vous revoir. Peut-être aurait-il mieux valu en rester là, comme nous l'avons fait depuis six ans, conformément à je ne sais quel accord tacite passé entre nous : ne pas nous revoir, jamais, garder au creux de nous cette longue nuit irréelle comme un secret qui n'appartient qu'à nous. Peut-être, au fond, l'accident est-il celui de notre rencontre, pas du silence qui s'ensuivit. J'ai peur de vous revoir, mais comme j'en suis heureuse.


Pourquoi ce livre ?

Je ne sais plus ...

Ma lecture :

J'ai adoré ce livre.
Déjà, il est superbement bien écrit. J'ai eu l'impression de lire de la poésie du début à la fin.
L'histoire m'a également beaucoup plu. L'héroïne rencontre un homme qu'elle idéalise. Elle pense à lui, lui parle. Puis vient le moment où elle le recroise et où leur histoire prend forme.
Je n'en dirai pas plus sous peine de tout dévoiler mais sachez que c'est une histoire enrichissante humainement.


Des extraits  :

"Je pense que c'est le premier jour, la vie soudain longue, très longue et si brève, je pense que l'unique raison pour laquelle une vie vaut d'être vécue c'est l'amour, c'est une évidence soudain, la seule certitude possible, une vie sans amour ça n'est rien, ça n'a aucun sens, ça ressemble à la mort, au temps inutile et perdu, c'est la misère du corps et la misère de l'âme, on en oublie le ciel et la ligne d'horizon."

"Depuis que je vous ai revu, depuis qu'à nouveau  vous vous tenez là, à la lisière de ma vie, sans que ni vous ni moi ne sachions ce qui va advenir de nous, si proches et si loin encore l'un de l'autre, après vous avoir tant attendu, tant de jours, tant de nuits, découvrant ce que c'était qu'attendre quelqu'un, l'attendre dans sa tête, l'attendre dans son corps, devenir cette attente, ne pouvant me résoudre à ce que vous n'ayez été qu'un éclat dans ma vie, quelques minutes de saisissement qui m'auraient fait entrevoir un royaume que j'ignorais, puis plus rien, depuis que votre présence si proche me fait éprouver pour la première fois combien le désir d'un homme peut faire vaciller une  vie, l'anéantir, la pulvériser, bouleverser un corps, l'assoiffer, et qu'à cela il semble qu'il n'y ait pas de limites, aucune limite - comment auparavant aurais-je pu soupçonner qu'il n'existait pas de limites au désir, que le désir pouvait toujours vous dévorer d'avantage, creuser au dedans de vous un gouffre sans fond, abîme vertigineux-, depuis que vous êtes là, à nouveau, des souvenirs resurgissent."


Ma note : 5/5

Posté par patacaisse à 09:56 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,


08 mai 2010

L'importance d'être constant d'Oscar Wilde

l_importance_d__tre_constant


Quatrième de couverture :

Dernière pièce d'Oscar Wilde, L'Importance d'être constant brille des feux d'un langage habité par la grâce : s'y manifestent la puissance et la modernité de la réflexion de l'auteur sur la fiction, mais aussi son inventivité subversive et satirique, son esprit généreux et étincelant d'élégance et de drôlerie.

Pourquoi ce livre ?

Un collègue lettrée me parlait d'Oscar Wilde et comme ses livres font parti des "classiques", j'ai voulu lire au moins un de ceux-ci. Jusqu'au moment, où rangeant ce livre dans ma bibliothèque, je me suis rendue compte que j'avais déjà lu une de ses oeuvres, "Le portrait de Dorian Gray". Ah mémoire ...

Ma lecture :

Déjà, je trouve la jaquette du livre hideuse. Ceci dit, c'est surtout le contenu qui importe.
J'ai adoré ! Un jeune homme s'est crée un frère du nom de Constant qui lui sert de prétexte pour aller à Londres et son ami lui, s'est crée un malade chronique du nom de Bunbury qui lui sert de prétexte pour s'éclipser de Londres dès qu'il en a besoin.
Tout ceci leur rend la vie bien agréable jusqu'au moment où l'amour s'en mêle et que les prénoms deviennent vitaux.

Une très agréable pièce à lire et très drôle. Du pur humour anglais, de l'ironie et surtout aucun sérieux !

Citation

"Ma foi, je dois dire, Algernon, qu'il est selon moi grand temps que Mr. Bunbury se décide à vivre ou à mourir. Ces atermoiements incessants sont ridicules. Je n'approuve d'ailleurs nullement cette compassion que l'on a de nos jours pour les malades. C'est tout à fait malsain. La maladie, quelle qu'elle soit, n'est guère à encourager. La santé est le premier devoir de la vie. Je me tue à le dire à votre pauvre oncle, mais il n'a pas l'air dans tenir grand compte...à en juger par l'évolution de son état de santé."


Note : 5/5

le_tour_du_monde


Posté par patacaisse à 15:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

07 mai 2010

La formule préférée du professeur de Yoko Ogawa

la_formule

 

Quatrième de couverture :

Une aide-ménagère est embauchée chez un ancien mathématicien, un homme d'une soixantaine d'années dont la carrière a été brutalement interrompue par un accident de voiture, catastrophe qui a réduit l'autonomie de sa mémoire à quatre-vingts minutes. Chaque matin en arrivant chez lui, la jeune femme doit de nouveau se présenter - le professeur oublie son existence d'un jour à l'autre - mais c'est avec beaucoup de patience, de gentillesse et d'attention qu'elle gagne sa confiance et, à sa demande, lui présente son fils âgé de dix ans. Commence alors entre eux une magnifique relation. Le petit garçon et sa mère vont non seulement partager avec le vieil amnésique sa passion pour le base-ball, mais aussi et surtout appréhender la magie des chiffres, comprendre le véritable enjeu des mathématiques et découvrir la formule préférée du professeur... Un subtil roman sur l'héritage et la filiation, une histoire à travers laquelle trois générations se retrouvent sous le signe d'une mémoire égarée, fugitive, à jamais offerte..


Pourquoi ce livre ?

Il était sur une grand table dans ma librairie préférée avec une jolie note de lecture marquée "lecture émouvante montrant la difficulté de vivre avec des troubles de la mémoire". Et puis, le nom de l'auteur commence par la lettre O !

 

Ma lecture :

Le résumé de la quatrième de couverture est très bien fait, donc je n'ai rien à rajouter sur le contenu du livre.
Sur mon ressenti, et bien, n'étant ni calée sur les nombres premiers ni sur le base-ball, ce livre m'a paru bien long.
La plume n'est pas extraordinaire de par son style ni par le vocabulaire et l'histoire est un peu émouvante mais pas transcendante. De tout cela vous pourrez conclure que cette lecture ne pas laissée sur ma chaise en émoi !!! C'est une jolie histoire sans plus.


Un extrait :

"Il traitait Root comme un nombre premier. De la même manière que pour lui les nombres premiers constituaient la base sur laquelle s'appuyaient touts les nombres naturels, il pensait que les enfants étaient un élément indispensable pour nous, les adultes. Il croyait que c'était grâce aux enfants qu'il existait ici et maintenant."


Note : 3/5

challenge


le_tour_du_monde

Posté par patacaisse à 16:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,

06 mai 2010

Challenge école des loisirs Whoopsy daisy

Voici un challenge également pour lequel je me suis engagée sur mon forum préféré :

Il faut lire 5 romans au choix de l'édition Ecole des loisirs dans la collection Medium et Neuf.

J'ai donné la liste suivante de livres à lire avant septembre :

"Séraphine" de Marie Desplechin
"Parle tout bas, si c'est d'amour" de Sophie Cherer
"Be safe" de Xavier Laurent Petit
"Miss Charity" de M.A. Murail
"Je ne t'aime pas Paulus" d'Agnès Desarthe

challenge__cole_des_loisirs

Posté par patacaisse à 20:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Séraphine de Marie Despelchin

seraphine

Quatrième de couverture :

Paris, Butte Montmartre, 1885. Séraphine vient d'avoir treize ans. Orpheline, elle travaille chez Jeanne, pour qui elle finit les chemises. Elle pourrait se contenter de son sort... si elle n'avait en elle le démon des révolutions. Séraphine veut changer de vie. Quitter Jeanne. Trouver un nouveau métier. Et Séraphine veut changer le monde. Pour en chasser la misère. A sa manière à elle, elle va parvenir à ses fins. Elle aura, pour cela, l'aide du curé qui l'a vue naître, de sa tante courtisane à Paris, d'un peintre de sujets ordinaires, de quelques proches de la Lucie de Satin Grenadine, et de la camarade Sainte-Rita, avocate auprès de Dieu des causes désespérées. Entourée de gens si divers et si diversement efficaces, sur la terre comme au ciel, Séraphine découvrira plus encore que ce qu'elle espérait...

Pourquoi ce livre ?

Pour le défi Whoopsy Daysien, 5 livres de l'édition L'école des loisirs à lire avec date limite le mois de Septembre. En faisant une recherche, il s'est avéré que ce livre est en tête de beaucoup de listes !

Ma lecture :

L'héroïne est une gamine attachante, courageuse avec beaucoup de bagout. J'ai aimé la manière dont elle raconte sa vie, ce qu'elle décide d'en faire avec l'aide de Sainte Rita. Ce livre est palpitant. Il y a de l'action, du suspens et les personnages secondaires sont intéressants du fait de leur caractère, de leur vie différente. Tout cela placé dans un contexte historique de changement, où Montmartre n'était pas encore Paris et qu'il était plein de vignes, et voici un livre qui change bien les idées.


Ma note : 4/5

challenge__cole_des_loisirs

 

                           

Posté par patacaisse à 19:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Challenge le tour du monde

Alors, comme je cherche toujours des pistes pour avoir des idées lectures et me motiver, j'ai trouvé ce challenge sur le blog de Livresque, créé par ses propres soins et qui correspond exactement à ma configuration de lecture. Je m'explique : je ne lis que des livres contemporains français, américains et anglais.
Ca réduit beaucoup le champ de mes découvertes et c'est pour cela que je trouve ce challenge pertinent.
Donc, c'est parti pour :

Challenge Tour du monde :
Afin d'élargir mes horizons littéraires, j'ai décidé de me lancer le défi, sans limite de temps, de lire au moins 50 livres d'auteurs de nationalités différentes.


le_tour_du_monde


Pour voir les livres du tour du monde se réferer à l'album photo à gauche.

Posté par patacaisse à 10:10 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :